Albums of the week

 RUN THE JEWELS
Rtj4

(Jack)

Hip Hop underground hyper efficace.
Du groove, du beat et du fun, do you need more ?
—–

The FLAMING LIPS
American Head
(Jack, Yves)

Psyché rock mélodieux bien barré.
Dans la lignée de Yoshimi Battles The Pink Robots
ou Soft Bulletin, deux albums incontournables du band.”
—–

SOPHIA
Holding On / Letting Go

(Yves)

Exit l’ancrage mélancolique qu’engendrait
leur excellent “As We Make Our Way” de 2016.
Nous sommes en 2020, année plus que perturbante et
Robin PROPER-SHEPPARD, seul et unique cerveau du groupe,
utilise SOPHIA comme un véritable exutoire.
Instruments acoustiques et électriques ne font qu’un
au service d’une intensité parfaitement maitrisée.
Tenir bon / Lâcher prise ? Le choix est vite fait…
—–

The WARLOCKS
The Chain
(Massimo)

Début avril… Les Warlocks ne pouvaient pas choisir plus judicieux
moment pour que l’on passe à côté de ce qui s’avère pourtant
comme l’un des meilleurs disques de leur discographie.
Hymnes psychés rondement menés et carrément addictifs.
—–

JAYE JAYLE
Prisyn
(Dd)

L’ex YOUNG WIDOWS s’enracine dans un surprenant
mélange minimaliste, empruntant à la Cold Wave
ainsi qu’à la musique industrielle expérimentale.”

 

 

 

 



Les mercredis de rattrapage

 Jonathan BREE
After The Curtains Close
(Yves)

Figure excentrique de la scène indie néo-zélandaise, Jonathan BREE distille de façon lancinante sa pop précieuse, orchestrale et nébuleuse.
On pense à Neil HANNON (DIVINE COMEDY) qui rencontrerait The NATIONAL le temps d’un album…
—–

CORIKY
s/t
(Massimo)

“Le plaisir simple de retrouver Ian MacKAYE et Joe LALLY (sans occulter Amy FARINA), ce son brut et franc, typique de FUGAZI et de leur descendance et ce souffle engagé et frondeur cher à nos oreilles éduquées aux tonalités crues des 90’s…”
—–



Les mercredis de rattrapage

 ARBOURETUM
Let It All In
(Yves)

Voilà près de deux décennies que le groupe de Baltimore, fondé par le guitariste et chanteur Dave HEUMANN, tisse sans trop d’effort ses mélodies captivantes au profit d’albums folk-rock légèrement cosmiques. Avec en point d’ébullition, le rythme krautrock foudroyant qui anime la chanson titre de cette 9e galette.”
—–

SONIC BOOM
All Things Being Equal
(DD)

Après avoir travaillé avec MGMT, PANDA BEAR ou BEACH HOUSE,
Pete KEMBER, membre fondateur de SPACEMEN 3, débarque avec un album spatial aux boucles hypnotiques qui nous renvoie aux travaux de son comparse Jason PIERCE au sein de SPIRITUALIZED
—–

SUNWATCHERS
Oh Yeah ?
(Massimo)

Ce n’est pas faute de l’avoir martelé, le noise rock perforé de jazz
de SUNWATCHERS me sied à merveille. Si je me suis retenu quelques semaines, force est de constater que ce nouvel épisode en forme d’hommage à MINGUS m’ébouriffe toujours autant.
—–

EL MICHEL’S AFFAIR
Adult Themes
(Jack)

Déjà évoqué dans ces lignes, j’enfonce le clou tant ce disque
épatant va nous poursuivre un bon moment !”



Les mercredis de rattrapage

 The STROKES
The New Abnormal
(Yves)

Exit le “This Is It”, album culte de toute une génération.
Le STROKES 2020 ne cherche plus à réitérer le “casse du millénaire”
et à vrai dire, c’est bien mieux comme cela. N’en déplaise à certains,
plus pop/électro que rock, la bande à Casablanca assure et nous rassure que l’excitation peut à tout moment ressurgir sous d’autres formes.”
—–

PIGS PIGS PIGS PIGS PIGS PIGS PIGS
Viscerals
(Massimo)

Lourde, incisive, répétitive et donc cathartique, la nouvelle décharge
des anglais devrait achever de convaincre. Ou vous achever tout court. Si même les cochons se mettent à fournir la confiture…
—–

LOVELY EGGS
I Am Moron
(Jack)

Le duo engagé de Lancaster pratique un punk rock psyché et catchy
qui n’est pas sans rappeler les élucubrations des FLAMING LIPS.
Pas d’omelettes sans casser d’œufs. Bon appétit…
—–

Hamilton LEITHAUSER
The Loves Of Your Life
(Yves)

“Avec “The Loves Of Your Life”, Hamilton LEITHAUSER continue
à mêler son passé musical au sein des WALKMEN avec son présent.
L’écriture s’en ressent plus intime et immédiate sans rien perdre
de sa poésie. Une ambiance littéraire confortable et jamais complaisante. Et puis cette voix… mais quelle voix”