Albums of the week

 GORILLAZ
Song Machine, Season 1 :
Strange Timez
(DD, Yves)

“Le groupe de Damon ALBARN nous présente l’album pop le plus tonique
pour affronter la période anxiogène que nous traversons tous.
Une palette de pop songs réjouissante et variée.

—–

Bruce SPRINGSTEEN &
E-STREET BAND
Letter To You
(Yves)

Certains artistes évoluent par réinvention et d’autres par raffinement. Springsteen a souvent comparé l’envergure de sa carrière à une longue
conversation : il peut revisiter certains thèmes, voire se répéter,
mais l’idée est de faire bouger les choses. A 10 jours du scrutin,
ce n’est peut-être pas un hasard…

—-

Aquiles NAVARRO &
Tcheser HOLMES
Heritage Of The Invisible II
(Massimo)

“Membres émérites du brûlant ensemble IRREVERSIBLE ENTANGLEMENTS, NAVARRO et HOLMES cimentent leur message militant à leurs fondations afro-caribéennes. L’album qui éclipse le reste
de la production jazz de l’année.”

 



Albums of the week

 Matt BERNINGER
Serpentine Prison

(DD, Jack, Yves)

“Première tentative en solo pour le chanteur de The NATIONAL produite
par BOOKER T. et étoffée par une myriade d’invités. Une échappée réussie
pour l’enivrante voix de baryton.”
—–

Kevin MORBY
Sundowner
(DD, Jack)

“De retour à Kansas City après le lockdown, Morby se confie sur un album habité par l’esprit de ses compatriotes oubliés et ses proches perdus.
Toujours aussi touchant.

—–

HELIOCENTRICS
Telemetric Sounds

(Massimo, Jack)

“A propos de l’album précédent, on parlait en début d’année
d’un disque introspectif dont l’ “abondance d’influences ne nuisait
pas
à la légèreté”. L’introspection et la légèreté ont ici fait place à
un état des lieux dont le propos clair-obscur reflète justement l’époque.
Un groupe rare.”
—–

Francis CABREL
A l’aube revenant
(Yves)

“L’artiste n’a plus rien à prouver. Témoin affuté et privilégié
de son temps et de nos vies bousculées, le citoyen d’Astaffort
confirme de façon dépouillée son statut d’orfèvre
de la chanson française.”
—–

AUTECHRE
Sign
(Jack)

“Les pionniers anglais de l’electronic art sont toujours omniprésents dans ce genre pointu et expérimental. Epreuve qui peut parfois
vous pousser dans vos retranchements, elle n’en reste pas moins surprenante de par sa production sonore, ses mélodies fouillées
et sa magie architecturale. Pour public averti et ouvert d’esprit.”
—–

HOT CHIP
Late Night Tales
(Yves)

“Rappelons le concept “Late Night Tales” depuis 2001 : offrir
carte blanche à un artiste ou un groupe en nous faisant “découvrir”
sous forme de mix, les morceaux les ayant influencés tout en respectant le thème “nocturne” de la série. Le groupe londonien
vient de rajouter une pépite à cette collection alliant de manière
quasi-constante qualité et originalité.”
—–

CUT WORMS
Nobody Lives Here Anymore
(Yves)

“Empruntant un terme à un poème de William BLAKE,
le chanteur/compositeur indépendant Max CLARKE puise
son inspiration dans les traditions révolues du rock, du country
et de l’americana, qu’il fusionne avec un esprit do it yourself nappé d’arrangements luxuriants. Acclamé par la critique pour ses débuts en 2018, “Nobody Lives Here Anymore” confirme avec une classe folle tout le bien pensé de ce jeune prodige. “

 

 

 



Albums of the week

 RUN THE JEWELS
Rtj4

(Jack)

Hip Hop underground hyper efficace.
Du groove, du beat et du fun, do you need more ?
—–

The FLAMING LIPS
American Head
(Jack, Yves)

Psyché rock mélodieux bien barré.
Dans la lignée de Yoshimi Battles The Pink Robots
ou Soft Bulletin, deux albums incontournables du band.”
—–

SOPHIA
Holding On / Letting Go

(Yves)

Exit l’ancrage mélancolique qu’engendrait
leur excellent “As We Make Our Way” de 2016.
Nous sommes en 2020, année plus que perturbante et
Robin PROPER-SHEPPARD, seul et unique cerveau du groupe,
utilise SOPHIA comme un véritable exutoire.
Instruments acoustiques et électriques ne font qu’un
au service d’une intensité parfaitement maitrisée.
Tenir bon / Lâcher prise ? Le choix est vite fait…
—–

The WARLOCKS
The Chain
(Massimo)

Début avril… Les Warlocks ne pouvaient pas choisir plus judicieux
moment pour que l’on passe à côté de ce qui s’avère pourtant
comme l’un des meilleurs disques de leur discographie.
Hymnes psychés rondement menés et carrément addictifs.
—–

JAYE JAYLE
Prisyn
(Dd)

L’ex YOUNG WIDOWS s’enracine dans un surprenant
mélange minimaliste, empruntant à la Cold Wave
ainsi qu’à la musique industrielle expérimentale.”

 

 

 

 



Albums of the week

 Sufjan STEVENS
The Ascension

(DD)

Refusant de faire du surplace, Sufjan STEVENS revient seul
pour une expérience de haute volée. Un mélange de spiritualité
et de sonorités déroutantes, enrobées d’effets électroniques.
—–

Nicolas MICHAUX
Amour colère
(Yves, Massimo)

Un album fait maison, à l’esthétique panachée mais pleinement cohérente.
Il faut mettre à l’honneur Nicolas MICHAUX, son inspiration et ce phrasé
si particulier qui donne ses lettres de noblesse à ce très bel album
consistant de bout en bout.

—–

WAX CHATTELS
Clot

(Massimo)

“Guitarless guitar music, balancent-ils comme un cri de ralliement depuis 2018 et leur premier album célébré dans nos colonnes. Ça ne les empêche pas de faire un sacré boucan, convulsif, sursautant
et parfaitement maîtrisé. Ça claque !
—–