Albums of the week

MY MORNING JACKET
My Morning Jacket
(Yves)

Groupe à géométrie variable centré sur la
figure centrale de son leader Jim JAMES,
le MMJ n’est jamais aussi bon que quand
il la joue collectif. La fusion groove-rock
du band de Louisville suit son propre chemin
n’ayant pas peur, tantôt de durcir le ton,
tantôt d’emprunter des détours plus
aériens. Eclectique certes mais
hautement addictif.”

—-

CLINIC
Fantasy Island
(DD, Yves)

L’album le plus pop proposé à ce jour par
le groupe, aux accents dansants et
chaloupés, qui nous incite à réinvestir
le dancefloor. Disco-funk sans autre
vocation que de nous divertir.
Mission accomplie !!”

—-

DEAN BLUNT
Black Metal 2
(Axel)


” Il fait nuit. A moitié endormi, moitié réveillé,
Dean BLUNT propose la bande-son parfaite
pour ces moments hors du temps.
L’album est une excellente porte
d’entrée afin de découvrir son univers
rempli de mystères.”
—–

HELADO NEGRO
Far In
(Jack, Yves)


“Petit bijou naïf et subtil, teinté de mélodies
simplistes et d’une efficacité imparable.
Parfait pour chanter sous la douche et
passer un moment complice avec sa moitié.”
—–

KRIS DANE
Levitate
(Yves)


“Voilà déjà quelques années que notre
talentueux compatriote au curriculum bien
rempli (dEUS, AKSAK MABOUK, GHINZU)
sillonne les immenses plaines folks de ses
envies. Magnifiquement dépouillé, totalement
habité, on pense immédiatement au “Ghost of
Tom JOAD” du Boss, à Daniel LANOIS ainsi qu’à
Ray LAMONTAGNE. Pour les puristes donc,
disponible uniquement en vinyle.”
—–

PARQUET COURTS
Sympathy for Life
(Jack)


“Où la reconversion d’un des meilleurs band
de post-punk abrasif New Yorkais vers de la 
dance psyché, groové et catchy inspirée
directement du son des TALKING HEADS et
des élucubrations de CAN. Boîtes à rythmes
à l’appui, cette volte face audacieuse et
entraînante bouillonne à merveille.
Des morceaux plus expérimentaux teintés de
dub sont également au programme. Saluons la prise
de risque et surtout cette nouvelle ode à la joie
de vivre façon Parquet Courts…”
—–

JOHNNY!
Karl HECTOR presents: JOHNNY!
(Massimo)


Quelle semaine !
Des artistes défendus depuis des
plombes comme MOOR MOTHER, GROUPER ou
Dean BLUNT délivrent d’intrigantes plaques
dont il faudra plusieurs semaines pour faire
le tour. Mon choix se portera donc sur le nouveau
projet de J. J. WHITEFIELD, petite perle de rock
ghanéen d’une redoutable et instantané efficacité !
Let’s groove !”

 

 

Albums of the week

SUFJAN STEVENS & ANGELO DE AUGUSTINE
A Beginner’s Mind
(Yves, DD, Axel)


“Cette fois, les deux artistes se posent des
questions sur les messages véhiculés par des films,
pour la plupart assez populaires. La musique
reste folk, douce, mélancolique et sincère.
Si vous aviez craqué pour “Carrie & Lowell“,
cette collaboration vous est destinée.”
—–

MAC MILLER
Faces
(Axel)

 
“Huit ans plus tard, son magnum opus
sort enfin
en format physique. Près d’1h30 de rimes
introspectives et psychédéliques sur des beats
tantôt jazzy, tantôt abstraits. Les thèmes abordés
sont sombres, personnels et surréels.
La réécoute prend une toute autre dimension
depuis qu’il nous a quittés… Merci Mac Miller
pour toute la passion que tu m’as transmis.”

—-

BUMMER
Dead Horses
(Massimo)


“Vingt-huit minutes et onze beuglantes
plus tard, le trio de Kansas City vous aura laissé
béant sur le carreau. Epuisé soit de bonheur,
soit de douleur, choisissez votre camp.”
—–

VANISHING TWIN
Ookii Gekkou
(Jack)


“Les papes londoniens du psyché experimental
ont profité de cette longue période de
confinement pour nous concocter un troisième
opus encore plus barré que les autres…  
Peaufiné sour l’égide du maitre d’oeuvre
en la matière Malcolm Catto, l’album est
un pain béni pour les amateurs du genre !”
—–

PRIMAL SCREAM
Demodelica
(Jack)

“Si comme moi vous avez été subjugué par
l’éclectisme de Screamadelica (1991), ces
chutes, outtakes et morceaux live vous
feront revivre 30 ans plus tard un
véritable moment de bonheur.
Merci Bobby !”

Albums of the week

V/A
I’ll Be Your Mirror :A Tribute To
The VELVET UNDERGROUND & NICO
(Yves)


Il n’y eut peut-être que mille personnes à avoir acheté
l’album à sa sortie mais chacune d’entre elle a formé un groupe.
La phrase de Brian ENO est restée célèbre et fait toujours
ses émules plus d’un demi-siècle plus tard. Cet album culte
méritait bien un hommage de première classe”.
—–

FLYING LOTUS
Yasuke
‘Original Soundtrack’
(Axel)

 
Inspiré du folk japonais et teinté d’influences
 
allant du hip-hop au downtempo, Flying Lotus a créé
de toute pièce la bande son de cet anime dont le rendu
fonctionne parfaitement en tant que musique d’ambiance
aussi atmosphérique que cérébrale.

—-

HOLY HIVE
s/t
(Jack)


“Ce trio soul-folk né dans le Minnesota et signé sur le label
New-Yorkais Big Crown est porté sur un répertoire
groovy façon Daptone. Un album de ballades langoureuses
et enchanteresses. Lumineux de simplicité.
—–

KIT SEBASTIAN
Melodi
(Jack)


“Alliance franco-turque psychédélique aux allures
rétro-pop bien kitch des sixties.
Catchy à souhait !”
—–

Brandee YOUNGER
Somewhere Different
(Jack)

Jazz soul publié sur Impulse par cette jeune harpiste
digne héritière de Dorothy ASHBY et d’Alice COLTRANE.
Superbe univers strié de délicieuses mélodies.”

Albums of the week

STIKSTOF
Familie Boven Alles
(Massimo, Jack)


“Tout est dans le titre…”
—–

TIRZAH
Colourgrade
(Axel, Massimo, Jack)

 
“Grands fervents de Dean Blunt (qui, ça tombe bien, a co-produit le morceau “Recipe”), difficile de ne pas y entrevoir une épatante parenté : un univers sonore froid, distant, qui semble détaché… mais qui fera le bonheur de ceux qui prendront le temps de se laisser hypnotiser. L’album révélera, avec certitude,
bien davantage de saveurs au fil des écoutes. Qui seront fréquentes
au vu de l’intrigante personnalité qui se profile ici. 

—-

ROYKSOPP
Lost Tapes
(Yves)


The Inevitable End, faussement nommé, nous annonçait en 2017
la fin discographique de la paire norvégienneCertes l’arrivée
de ce Lost Tapes n’est pas à prendre comme une résurrection mais
plutôt comme une bénédiction. Qu’il s’agisse de versions inédites,
ou rares, de faces B ou d’instrumentaux perdus, le duo amplifie 
ou ré-invente avec ces bandes perdues ce son électronique
tout aussi vintage qu’intemporel qui leur est si propre.
Un beau cadeau pour leurs fans mais pas que…”
—–

DŸSE
Widergeburt
(Massimo, Jack)


“Les gaillards nous annoncent une renaissance mais au final,
perpétuent ce qu’ils savent le mieux faire, balancer la purée entre
deux secousses dont ils ont le secret. Sourire aux lèvres, pied au plancher, un répertoire taillé pour la scène, on ne saurait trop vous conseiller de vous rendre au Magasin 4 en avril 2022 pour une bonne dose de rock’n’roll !”